Les petits maux de la grossesse à la loupe.

Nausées, lombalgie, problèmes circulatoires, vergetures… autant de petits maux qui accompagnent souvent la grossesse. Voici un petit test instructif pour tester vos connaissances. C’est parti !

Les nausées…

Les nausées, comme une future maman sur deux, vous n’y couperez sans doute pas en début de grossesse ! A quoi sont-elles dues ? Sont-elles réservées aux premiers mois ? Comment les soulager ? On fait le point avec notre dossier nausées.

La cause des nausées chez la femme enceinte n’est pas clairement identifiée.

Il pourrait y avoir un lien entre la quantité de l’hormone HCG dans le sang (la gonadotrophine humaine, fabriquée par l’embryon puis par le placenta) et la fréquence de ce trouble au 1er trimestre de la grossesse.

Constipation, ballonnements, hémorroïdes, brûlures d’estomac…

Parmi les maux de la grossesse, certains concernent plus particulièrement les derniers mois. C’est le cas de la constipation, des hémorroïdes et des brûlures d’estomac. Au-dessus et en-dessous du nombril, il arrive que rien n’aille plus !

La constipation s’explique par une digestion ralentie lors de la grossesse, suite à l’action de la progestérone sur le tube digestif.

L’intestin se trouve aussi comprimé au fil des jours par l’utérus, ce qui complique le transit.

Les « brûlures d’estomac » s’expliquent par une remontée acide de l’estomac vers l’œsophage. Très fréquentes chez les femmes enceintes, elles surviennent souvent après ingestion de nourriture ou de boisson.

Les causes des brûlures d’estomac sont multiples : une pression plus grande sur cet organe par le bébé, l’action des hormones et une moindre efficacité du sphincter qui sépare le tube digestif de l’estomac.

De fréquentes envies de faire pipi…

Parmi les nombreux petits maux qui émaillent le quotidien des femmes enceintes, il en est un qui se fait plus pressant que les autres ! L’envie quasi incessante de faire pipi constitue parfois l’un des tout premiers signes annonciateurs d’une grossesse.

Le début de la grossesse se marque souvent par une envie plus fréquente d’uriner, que l’on appelle la pollakiurie. Ce symptôme peut se prolonger jusqu’au terme de la grossesse.
Il s’explique par une augmentation du volume de l’utérus, qui comprime la vessie et les voies urinaires. Ceci peut également causer des infections (cystites, etc.).

Votre grossesse se déroule parfaitement pour vous et votre bébé. Pourtant, depuis peu, vos rires, vos quintes de toux ou vos efforts lorsque vous vous baissez ou soulevez un poids déclenchent des émissions incontrôlées d’urine. Ne vous inquiétez pas, les fuites urinaires ne sont pas si rares pendant la grossesse.

Maux de tête…

Les femmes enceintes ont souvent mal à la tête durant leur grossesse, particulièrement au début. Ce phénomène survient sous l’action des hormones et n’est pas dangereux pour la santé de la mère ou de l’enfant. Il peut aussi s’expliquer par une inflammation des sinus.

Par contre, si les maux de tête persistent ou sont très intenses, il est recommandé d’en parler à un médecin pour exclure toute pathologie (méningite, trouble de la circulation sanguine, tumeur…). Associés à une tension artérielle élevée, les maux de tête peuvent être le signe d’une Pré-éclampsie

Essoufflement…

L’essoufflement fait partie des petits maux de la grossesse les plus courants. Dans la grande majorité des cas, il n’a aucune gravité. Cependant, la présence de certains symptômes accompagnateurs doit vous pousser à consulter par précaution.

Fatigue et somnolence…

La fatigue et un état somnolent se rencontrent très souvent au 1er trimestre de la grossesse. Ce symptôme normal est dû à la production croissante des hormones, spécialement de la progestérone. Le corps se prépare également en fabriquant plus de sang, ce qui augmente le rythme cardiaque et la respiration.

Grosse fatigue les trois premiers mois, insomnie les trois derniers… le bouleversement hormonal – mais aussi psychologique – pendant la grossesse vous joue peut-être des tours la nuit… et le jour !

Au 3ième trimestre de la grossesse, le poids du corps et la difficulté de trouver une position confortable pour dormir peuvent devenir épuisants pour la mère.

Démangeaisons : le prurit de grossesse

Caractérisé par des démangeaisons plus ou moins importantes, le prurit de grossesse fait partie des maux courants de la femme enceinte. Habituellement, il s’agit d’un trouble bénin, très rarement, il peut nécessiter une prise en charge et une surveillance médicale particulière.

Les problèmes de circulation…

Crampes, sensation de jambes lourdes, œdèmes… font partie des maux de la grossesse. Sous l’effet des hormones et du poids de votre bébé, la circulation de retour est ralentie.

Le sang contenu dans les jambes remonte vers le cœur par les veines. En temps normal, leur paroi tonique et les petites valves présentes à l’intérieur permettent de contrer l’effet de la gravité. Cependant, lors de la grossesse, ce mécanisme est affaibli.

  • La progestérone agit sur la paroi veineuse en la relâchant.
  • La prise de poids et le volume sanguin supplémentaire du corps dilatent les veines et augmentent la pression sanguine. Ceci diminue l’efficacité du retour veineux vers le cœur.
  • La veine cave transporte le sang des membres inférieurs vers le haut du corps, mais l’utérus la comprime de plus en plus au fil de la grossesse.

En conséquence, la circulation a tendance à ralentir voire à stagner, provoquant des varices, le gonflement des chevilles ou des pieds, des douleurs dans les jambes ou une sensation d’inconfort (jambes lourdes). L’effort musculaire supplémentaire peut aussi donner des crampes, parfois la nuit.

Le mal de dos…

Il n’est pas réservé aux derniers mois ! A chaque trimestre ses solutions face à l’un de ces fréquents maux de la grossesse.

Il est fréquent d’avoir mal au dos pendant la grossesse. Plusieurs facteurs expliquent ces douleurs :

  • L’augmentation du poids provoque un déplacement du centre de gravité du corps. Ceci s’accentue évidemment avec la progression de la grossesse.
  • Les hormones impliquées dans la gestation (œstrogènes, progestérone et relaxine) favorisent l’assouplissement des ligaments en vue de l’accouchement.
  • L’utérus peut également compresser le nerf sciatique.

Les vergetures…

Pendant la grossesse, la tonicité de l’épiderme est mise à rude épreuve. Ses fibres élastiques sont tendues et risquent de « craquer » en laissant des marques appelées vergetures. Une fois installées, elles sont difficiles à effacer. Alors, mieux vaut prévenir…

Les vergetures apparaissent en milieu de grossesse sur le ventre, les seins, les cuisses et les fesses. Ce sont des lignes irrégulières rougeâtres ou violacées, signes de l’étirement rapide de la peau lorsque l’on prend du poids. Elles se forment dans le derme.

Les hormones influencent la survenue des vergetures, car elles diminuent l’élasticité de la peau, déjà différente d’une femme à l’autre au départ. Elles ne disparaissent pas après la grossesse. En revanche, elles ont tendance à s’estomper.

Attention, si ces symptômes deviennent trop encombrants ou s’aggravent, consultez votre médecin ou votre gynécologue.

Le masque de grossesse…

Le soleil, c’est bon pour le moral… mais dès ce deuxième trimestre, évitez d’exposer votre joli visage sous peine de voir apparaître de vilaines taches brunes, le masque de grossesse. Deux tiers des futures mamans sont concernées.

Gingivite de grossesse…

Le saignement des gencives – ou gingivite – concerne 6 femmes sur 10 pendant leur grossesse, d’où la nécessité de le prévenir ou de le guérir. La solution ? Prendre soin de vos dents, bien sûr, mais l’homéopathie et la phytothérapie peuvent aussi vous aider.

Ce désagrément, qui apparaît souvent au 3ième mois de grossesse, provient des bouleversements hormonaux. Ils favorisent l’hyper-vascularisation et le gonflement des tissus. Les gencives enflent et deviennent plus sensibles lors des contacts.

Les caries surviennent plus fréquemment, à cause de l’inflammation des gencives et d’une acidification de la bouche liée aux vomissements et au reflux gastrique. Les femmes enceintes mangent aussi plus régulièrement et consomment davantage d’aliments sucrés, sources de soucis bucco-dentaires.

 

Chromosome x, chromosome y, c’est le spermatozoïde du papa qui détermine le sexe de Bébé !

C’est le spermatozoïde du papa qui détermine le sexe de Bébé ! En effet, chaque spermatozoïde contient 23 paires de chromosomes dont une paire de chromosomes sexuels (un chromosome x et un chromosome y). Il en est de même pour les femmes à ceci près que chaque ovocyte contient une paire de chromosomes sexuels composée de deux chromosomes x. Au moment de la fécondation, le spermatozoïde et l’ovocyte donnent chacun une moitié de leur capital génétique (à savoir un gène par paire). C’est ainsi que se compose le patrimoine génétique de la cellule œuf. Pour ce qui est de la paire de chromosomes sexuels, l’ovocyte donnera forcément un chromosome x. En revanche, le spermatozoïde pourra aussi bien donner un chromosome x qu’un chromosome y. Si c’est un x, Bébé sera une fille, si c’est un y, Bébé sera un garçon !

1 ère semaine d’aménorrhée; C’est ca l’amour.

C’est ça l’amour…

Pour que la vie se transmette, la rencontre de 2 gamètes est nécessaire, l’ovule et le spermatozoïde. Par cette fécondation, La combinaison des patrimoines génétiques des 2 parents donne naissance à l’œuf. Celui ci est formé, la première cellule d’un nouvel être est née. C’est le début de la vie.
L’œuf parcourt ensuite la trompe de Fallope et migre doucement vers l’utérus où il sera protégé et nourri. la nidation en tant que telle ne se fait que 7 jours après la fécondation, soit environ 22 jours après le début des dernières règles.

Ce voyage vers l’utérus peut être interrompu si l’œuf se fixe de façon anormale dans la trompe de Fallope c’est ce qu’on appelle grossesse extra utérine. N’ayant pas la place de se développer, il meurt avant le 3ième mois. Il est indispensable d’intervenir le plus tôt possible pour ne pas abîmer la trompe, ni la faire éclater. En cas de saignement, consultez dès que possible votre gynécologue.

 

De façon plus scientifique, à ce stade de votre grossesse, on ne peut pas vraiment encore parler de bébé… Après la fécondation, l’œuf se divise et se divise encore, jusqu’à ressembler à une petite mûre de 150 millièmes de millimètres. Durant la semaine 1 de grossesse, on parle de morula. Les grosses cellules de la morula se placent au centre et forment le bouton embryonnaire, futur embryon. Les petites cellules de la morula, elles, se placent tout autour et deviendront le placenta.

Durant cette semaine 1 de grossesse, l’œuf migre des trompes de Fallope vers l’utérus, cette phase s’appelle la nidation.

A la fin de la semaine 1 de votre grossesse, celui que l’on appelle désormais embryon mesure 0.1 millimètres. Il se trouve dans l’utérus mais n’a pas encore été véritablement implanté.

Du coté de la future maman : Pendant la semaine 1 de grossesse, rien ne laisse présager que vous puissiez être enceinte. En effet, vous n’avez pas encore constaté de retard de règles et vous n’avez pas prise de poids. Seul petit changement possible de cette semaine 1 de grossesse : vos seins pendant la grossesse vous paraissent plus gonflés qu’à la normale.

Une chose est sûre, durant cette semaine 1 de grossesse, le mystère reste total !

Préparez-vous aussi à annoncer la nouvelle au « futur » papa. On ne sait jamais.

La 9 ième semaine de grossesse ; Votre bébé, d’un embryon à un fœtus.

Neuvième semaine : l’embryon devient fœtus. A 9 semaines de grossesse, l’ensemble des organes du bébé sont présents. Les membres sont maintenant constitués, et les ongles se forment au bout des doigts.

Ce fœtus ressemble de moins en moins à une forme rose et indistincte. La queue a disparu et la forme du corps apparaît désormais, en partie grâce à l’allongement et au renforcement du tronc. il mesure environ 2,5 cm de long cette semaine.

Les jambes se sont allongées et les orteils commencent enfin à apparaître. En attendant, les bras se sont allongés aussi et ont commencé à se plier au niveau du coude.

Les doigts et les pouces sont clairement différenciés et l’abdomen se développe : les structures qui seront le foie, la vésicule biliaire, la rate et la glande surrénale se forment.

Vous ne pourrez toutefois pas sentir de mouvements de votre bébé avant le milieu du deuxième trimestre.

Vos seins paraissent gonflés, plus lourds, et sont très sensibles au toucher. Même si vos seins continueront à grossir quelque peu au fil de la grossesse, la sensibilité s’amoindrira, habituellement d’ici la fin du quatrième mois.

 

Résultat de recherche d'images pour "9ème semaine de grossesse"

Trisomie 21 ; le dépistage.

Anomalie chromosomique, la trisomie 21, appelée aussi mongolisme est le résultat d’une erreur soudaine lors du mécanisme complexe de la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde, aboutissant à la présence de 3 chromosomes 21 au lieu de 2. Ceci, entraîne principalement à un retard du développement mental et à une fragilité majeure des organes, mais aussi à une capacité d’adaptation, durée de vie et l’intégration sociale de l’enfant. Aussi, il semblerait que les enfants porteurs de cette anomalie, aient une clarté nucale supérieure à la moyenne mais ce n’est pas toujours le cas. Il s’avère aussi que les mères porteuses d’un enfants trisomique ont un profil hormonal particulier (age, antécédents médicaux familiaux, tabac, age gestationnel,…). Des examens, appelés « bi test » ou le « triple test » s’effectuent mais pas aux même dates :  l’un, entre la 11 ième et 14 ième semaines, et l’autre, entre la 15 ième et 20 ième semaines d’aménorrhée. Ces tests ne font pas l’objet de diagnostic mais permettent d’évaluer les risques. A savoir qu’ un résultat de 1/350 signifie qu’il y a 349 chances/ 350 que votre enfant soit normal et que 1 risque sur 350 qu’il soit porteur de cette anomalie. Si, par contre il se révèle plus élevé que 1/350, alors il vous sera proposé une amniocentèse ainsi qu’une échographie approfondie. Un test génétique, effectué au plus tôt à la 11 ième semaine d’aménorrhée, par un dépistage classique par le sang (plus précis), appelé NIPT ( Non Invasing Prénatal Test), permet lui de déterminer une atteinte trisomique ( 18 et 21) à 99,9%. Si cette analyse rapporte vers un test positif, alors une amniocentèse, seul examen qui permette de poser réellement un diagnostic avec certitude, sera donc pratiquée au plus tôt la 14 ième et la 15 ième semaines d’aménorrhée.

Résultat de recherche d'images pour "amniocentèse"L’amniocentèse : prélèvement de liquide amniotique pendant la grossesse pour analyser les chromosomes fœtaux qu’il contient, à l’aide d’une aiguille très fine et stérile, sans anesthésie, et introduite dans le ventre de la maman, sous contrôle échographique. 

 

Dans le cas où le diagnostic serait confirmé, la décision vous sera donné ( à vous et au père de l’enfant) de poursuivre ou non la grossesse, ou de l’interrompre…en sachant bien de quoi il s’agit.

Résultat de recherche d'images pour "trisomie 21"

 

 

 

Adapter son alimentation pendant la grossesse ; pas toujours simple !!!

Une alimentation optimale pendant la grossesse et la période d’allaitement est primordiale pour la santé de la mère et de l’enfant. Qu’est-ce qu’une alimentation saine et équilibrée au quotidien pour les femmes enceintes et les femmes allaitantes? Est-il possible de s’alimenter de manière optimale en suivant un régime végétarien ou végétalien? Comment faire si on a des allergies? 

Pendant la grossesse, l’alimentation de la future maman doit être saine, variée et équilibrée, car elle intervient de façon fondamentale dans le développement du bébé qui se forme. Quels sont les aliments que vous devez consommer et quels sont les aliments à éviter absolument pendant la grossesse ?

Les besoins du fœtus et de la mère varient suivant le trimestre de la grossesse. Par exemple, avant la conception et pendant le premier trimestre, la future maman doit disposer de réserves suffisantes d’acide folique pour prévenir les défauts de développement de l’embryon ; elle risque, en outre, de souffrir de nausées et de vomissements qui peuvent la conduire à avoir moins d’appétit ou à ne pas tolérer certains aliments. Au cours des deuxième et troisième trimestres, le régime alimentaire de la future maman peut varier en fonction des résultats des analyses, notamment si l’on détecte une carence en fer ou un diabète gestationnel. Dans tous les cas, ce sera au gynécologue et à la sage-femme de vous donner toutes les directives nécessaires et de vous prescrire, le cas échéant, un régime alimentaire spécifique.

Durant toute la grossesse, le corps de la femme enceinte fournit au futur bébé tous les éléments dont il a besoin pour bien se développer : les protéines, les bons gras, les sucres, les vitamines et les minéraux. 

Par conséquent, il est important de bien se nourrir durant la grossesse. Les besoins en énergie et en éléments nutritifs sont plus grands durant cette période. Les femmes qui mangent bien durant leur grossesse contribuent à la bonne santé de leur bébé à venir.

Bien manger est très important pour la femme enceinte. En effet, les femmes qui se nourrissent bien, par exemple, ressentent habituellement moins de fatigue et de baisses d’énergie. Elles sont globalement en meilleure santé, ce qui fait en sorte que leur grossesse se déroule mieux.

Voici les conseils les plus importants pour combler vos besoins nutritifs ainsi que ceux du bébé à venir :

  • Manger 3 repas par jour.
  • Prendre de 2 à 3 collations par jour : une collation correspond par exemple à un fruit, ¾ tasse de yogourt ou de compote de pommes, un verre de lait ou 2 c. à table d’amandes.
  • Manger une variété d’aliments : légumes et fruits, produits céréaliers, lait et substituts, viandes et substituts.
  • Manger de façon régulière : vous prévenez ainsi les baisses d’énergie en cours de journée, car votre taux de sucre (aussi appelé glucose) dans le sang est plus stable. De plus, il est préférable d’éviter les longues périodes (plus de 12 heures) sans manger.
  • Suivre les mesures de précaution pour éviter les infections alimentaires (ex. : listériose et toxoplasmose).

Les femmes végétariennes

Les femmes qui sont végétariennes ou ont une diète particulière en raison d’allergies alimentaires, par exemple, peuvent continuer à suivre leur diète. Elles doivent cependant s’assurer qu’elles obtiennent tous les nutriments essentiels à la bonne croissance de leur bébé. Par exemple, les femmes qui ne consomment pas de produits laitiers doivent puiser ailleurs du calcium et de la vitamine D. L’idéal si vous vous trouvez dans cette situation est de consulter une nutritionniste.

L’aspartame sur la sellette !!!

À la suite de la publication d’une étude danoise en 2010, des gynécologues et des pédiatres français ont demandé au gouvernement de mettre en garde les femmes enceintes contre les risques liés à l’aspartame. L’étude, menée auprès de 59 000 femmes enceintes, a conclu que celles qui consommaient une canette de boisson gazeuse sucrée à l’aspartame par jour voyaient leur risque d’accoucher prématurément augmenter de 38 %. Cette proportion s’élevait à 78 % pour celles qui buvaient 4 canettes par jour. D’autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Et pour les allergies ???

Vous avez peut-être des allergies alimentaires ou l’un de vos enfants en est atteint. Peut-être vous demandez-vous alors s’il est possible de les prévenir chez l’enfant à venir? Pour le moment, on ne connaît aucun moyen de prévenir les allergies durant la grossesse. Ce n’est pas en évitant de manger des arachides, par exemple, que votre futur bébé risquera moins d’y être allergique. Il est déconseillé de se priver d’aliments durant la grossesse dans le but de prévenir des allergies. Cette privation peut entraîner des carences en de précieux nutriments.

La découverte; Premier trimestre de grossesse; Ce qui suit l’arrêt des menstruations.

 

Résultat de recherche d'images pour "1er trimestre de grossesse"Votre utérus prendra de l’expansion : il grossira à taille d’une poire à celle d’un melon durant les premiers mois de la grossesse. Dés le 2e mois de grossesse, il augmentera de 4 cm par mois. Vos seins commenceront à prendre du volume : ils deviendront plus lourds et plus sensibles. Pour combler les besoins du foetus, le pouls de votre cœur augmentera et il en sera ainsi jusqu’à la fin de votre grossesse. L’effet des hormones entraînera une baisse soudaine de votre tension artérielle. Vous vous sentirez plus essoufflée. Certaines femmes enceintes seront bien plus conscientes de leur respiration. Vous remarquerez aussi que vous saliverez beaucoup plus qu’habituellement et parfois de manière excessive. Vous commencerez aussi à prendre un peu de poids. D’autres, par contre pourront parfois en perdre en raison de fortes nausées et de vomissements. Il est donc normal qu’au cours des mois, vous ressentiez certains malaises et des douleurs comme des congestions nasales et saignements de nez, l’envie fréquente d’uriner, de la fatigue, des maux de tête, des nausées et vomissements, quelques pertes vaginales, des sautes d’humeur, et un souffle court, souvent dû à l’augmentation de l’hormone de grossesse (HCG) qui augmentera jours après jours et de la pression exercée sur votre utérus. Il sera toujours recommandé de consulter lorsque l’un des symptômes devient gênant ou un peu trop douloureux.

Image associée

Le bola de grossesse.

Résultat de recherche d'images pour "un bola"Le bola de grossesse, bijou issu de la culture indonésienne est un collier composé d’un pendentif et d’un long cordon, porté par les femmes enceintes. Ce pendentif, en forme de boule, est traditionnellement en argent, retombe sur le ventre. A l’intérieur de cette boule s’entrechoquent de toutes petites billes émettant un léger son semblable à celui d’une clochette ou d’un carillon qui serait perçu par le bébé dans le ventre de la maman et aurait un effet apaisant. Dès la 20ème semaine de grossesse, le bébé reconnaît ce son qui le berce tout au long de la grossesse. Il existe des bolas en argent ciselé, des bolas de couleur, des bolas incrustés de cristaux Swarovski, des bolas laissant apparaître la boule sonore intérieure, des sautoirs colorés intégrant un bola dans une composition. Une fois bébé arrivé, pas la peine de ranger tout de suite votre bola de grossesse dans le dernier tiroir de votre boîte à bijou. Vous pouvez très bien continuer à le garder en tant que sautoir, en le raccourcissant un peu si besoin. Certains disent même que le bruit peut calmer et rassurer votre bébé, notamment pendant l’endormissement ou l’allaitement, car celui-ci reconnaîtrait le son qu’il a entendu dans le ventre.

Résultat de recherche d'images pour "un bola"