Gâteau au chocolat cuisson barbecue.

Surprenez votre famille ou vos amis avec un gâteau au chocolat. Les ingrédients et la recette ne bougent pas, à une exception près donc. Après avoir mis votre préparation dans le moule, vous ne la mettrez pas dans le four mais bien sur la grille du barbecue. Comptez entre 20 et 25 minutes pour que la magie s’opère et accompagnez votre gâteau par un coulis de fruits rouges ou par un peu de glace. C’est certain, vos convives vous donneront à coup sûr le titre de « meilleur pâtissier ».

Il vous faudra :

– 50 gr de farine

– 150 gr de sucre

– 130 gr de chocolat

– 100 gr de beurre

– 4 oeufs

Dans une casserole, mettez le beurre et le chocolat par dessus.

Faire fondre le tout

Ajoutez les 4 oeufs et le sucre.

Mélangez bien le tout et mettez le directement dans le support poulet et au barbecue pour 20-25min.

C’est finit !!

Dans le trou au milieu vous pourrez mettre du chocolat blanc, ou comme moi un coulis de framboise ( à 5min de la fin de la cuisson, écrasez des framboises, mettez un peu de sucre et de l’eau).

20150630_214712

Le président du Parlement Européen, David Sassoli prévient le président Biélorusse Loukachenko, quant à des actions ciblées en matière de droit international suite à la manifestation suivant les élections.

Screenshot_20200814-071816~2Screenshot_20200814-073933~2Le président du Parlement Européen, David Sassoli, préoccupé par la violence utilisée par les autorités biélorusses contre les manifestants pacifiques. « Les Bélarussiens ont le droit de protester et d’exprimer leur colère contre les résultats contestés des élections et du processus électoral non transparent, qui n’était pas conforme aux normes internationales minimales. » dit il dans un communiqué. »

Le Parlement Européen a suivi de près les élections présidentielles au Bélarus. « Je suis profondément préoccupé par la violence utilisée par les autorités de l’État contre des personnes manifestant pacifiquement leur désir de changement. Les Bélarussiens ont le droit de protester et d’exprimer leur colère contre les résultats contestés. des élections et du processus électoral non transparent, qui n’était pas conforme aux normes internationales minimales. »

Il en appelle donc le président Loukachenko à mettre fin à la répression et à s’abstenir de nouvelles violences. L’usage de la force brutale par les services de détection et de répression contre la population, entraînant la mort et des blessures, devrait avoir des conséquences selon le Parlement Européen, au droit international, y compris des sanctions ciblées. Il en appelle M. Loukachenko à libérer immédiatement ceux qui ont été détenus et à mettre fin à la violence dans le pays.

Screenshot_20200814-073942~2

 

Centre-ville de Strasbourg; La mesure, qui avait été prise par un arrêté municipal le 20 mai, a été suspendue ce lundi par le tribunal administratif.

La mesure, qui avait été prise par un arrêté municipal le 20 mai, pour le centre de Strasbourg, a été suspendue ce lundi par le tribunal administratif.

Dans sa décision, le juge des référés Henri Simon estime que le port du masque est « une ingérence dans l’exercice du droit au respect de la vie privée au sens de l’article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ».

Le procureur de la République a été notifié de cette décision. La décision du tribunal administratif étant exécutoire, plus personne ne peut être verbalisé au centre-ville de Strasbourg pour non  port du masque. La ville de Strasbourg a désormais la possibilité de contester devant le Conseil d’Etat.

Message de l’Ambassadrice de France en Belgique

 

Bruxelles, le 20 avril 2020

Chers compatriotes,

Dans le contexte de crise mondiale liée à l’épidémie de covid-19, je souhaite vous redire la mobilisation pleine et entière des services de l’ambassade de France en Belgique.

La recommandation générale qui vous a été faite d’éviter les contacts et les déplacements internationaux et de rester chez vous demeure plus que jamais d’actualité : c’est ainsi que nous pourrons contribuer ensemble à stopper la propagation du virus.

Les précautions à prendre, vous les connaissez : se laver les mains très régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter, saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades.

Je vous invite à vous conformer strictement à la règlementation en vigueur en Belgique et aux consignes données par les autorités belges.

Si vous avez autour de vous des Français qui ne seraient pas inscrits au Registre des Français établis hors de France, incitez-les s’il vous plait à s’inscrire, pour que nous soyons en contact avec le maximum d’entre vous.

Dans les circonstances difficiles que nous traversons, notre priorité est de maintenir la continuité du service public, de renforcer le dispositif de bourses scolaires et d’aide sociale en faveur de nos compatriotes les plus vulnérables, et de mettre au point un plan d’urgence pour le réseau d’EFE.

Nous avons adapté nos procédures et nos calendriers pour garantir le versement des aides sociales et la tenue des commissions de bourses scolaires.
Nous avons fait le nécessaire pour que celles et ceux d’entre vous qui dépendent d’un système de retraite français continuent de percevoir leur pension même s’ils ne peuvent pas produire de certificat d’existence.

Les services du Consulat général de France à Bruxelles restent naturellement disponibles pour répondre aux situations d’urgence que vous pourriez rencontrer.

Je vous invite, chers compatriotes, à continuer de faire preuve de sérénité et de solidarité dans cette période inédite.
Je suis convaincue que nous saurons, ensemble, surmonter cette épreuve.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Hélène Farnaud-Defromont

Ambassadrice de France en Belgique

 

https://be.ambafrance.org/Message-de-l-Ambassadrice-de-France-en-Belgique

 

 

L’Assemblée des Français de l’étranger; Comment fonctionne t’elle et comment s’organise t’elle?

C’est le règlement intérieur de l’Assemblée des Français de l’étranger qui détermine ses règles d’organisation et de fonctionnement.Le président de l’AFE est élu par et parmi ses membres à la majorité absolue pour une durée de 6 ans.Le bureau de l’AFE est composé du président, de deux vice-présidents, élus dans les mêmes conditions, ainsi que de 6 membres élus en application de l’article 7 de la loi n° 2013-659 du 22 juillet 2013.L’assemblée des Français de l’étranger se réunit à l’initiative conjointe du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et de son président au moins deux fois par an (sans condition de quorum). Dans l’intervalle des réunions, le bureau est habilité à se prononcer sur toute question relevant de la compétence de l’assemblée (sur la situation des Français établis hors de France et sur toute question consulaire ou d’intérêt général, notamment culturel, éducatif, économique et social les concernant).L’AFE peut être consultée par le gouvernement, ainsi que par le président de l’Assemblée nationale ou par le président du Sénat sur la situation des Français établis hors de France et sur toute question consulaire ou d’intérêt général, notamment culturel, éducatif, économique ou social. Elle est également consultée sur les dispositions concernant les Français de l’étranger dans les projets de loi de finances et de financement de la sécurité sociale.Une fois par an, le gouvernement lui présente un rapport sur la situation des Français établis hors de France et les politiques conduites à leur égard. Il porte notamment sur l’enseignement français, y compris l’enseignement bilingue francophone, à l’étranger ;
- la protection sociale et l’action sociale ;
- la formation professionnelle et l’apprentissage ;
- la sécurité des Français établis hors de France ;
- le soutien à l’entreprenariat des français établis hors de France et les actions menées pour favoriser la diffusion commerciales des produits fabriqués en France ;
- le soutien à l’entrepreneuriat des Français établis hors de France et les actions menées pour favoriser la diffusion commerciale des produits fabriqués en France ;
- l’administration des Français établis hors de France.Ce rapport donne lieu à un débat en présence du gouvernement. Il peut donner lieu à un avis de l’AFE.L’assemblée des Français de l’étranger peut constituer en son sein un maximum de 6 commissions. Chaque commission élit en son sein un président.

2. Le rôle des conseillers à l’AFE

Les conseillers à l’AFE sont d’abord des conseillers consulaires.A ce titre ils sont membres de droit du (ou des) conseils consulaires de leur circonscription d’élection.Ils sont consultés par le chef de poste sur toute question concernant les Français établis dans la circonscription et relative à la protection et l’action sociale, à l’emploi, à la formation professionnelle et à l’apprentissage, à l’enseignement français à l’étranger et à la sécurité.L’ambassadeur ou le chef de poste consulaire, leur présente chaque année, un rapport sur la situation de la circonscription consulaire en faisant l’état des lieux des actions menées dans les domaines de compétence des conseils consulaires.Ils font partie du collège électoral pour l’élection des sénateurs représentant les Français établis hors de France. En outre, en tant que conseillers à l’AFE, ils siègent à l’Assemblée des Français de l’étranger qui se réunit au moins deux fois par an à Paris, à l’initiative conjointe du ministre des affaires étrangères et de son président. Ils se réunissent en commissions (au maximum six) pour travailler sur des thèmes spécifiques.Ils peuvent être consultés par le gouvernement, par le président de l’Assemblée nationale ou par le président du Sénat sur la situation des Français établis hors de France et sur toute question d’intérêt général, notamment culturel, éducatif, économique et social les concernant.Ils peuvent, de leur propre initiative réaliser des études et adopter des avis, des résolutions et des motions dans ces mêmes domaines.
Ils représentent les Français à l’étranger dans les instances consultatives nationales suivantes : 3 administrateurs à la Caisse des Français de l’étranger ;
- 1 représentant au Conseil d’administration de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) ;
- 2 représentants à la Commission nationale des bourses ;
- 2 représentants à la Commission permanente pour l’emploi et la formation professionnelle des Français de l’étranger ;
- 1 représentant au Conseil national de l’aide juridique ;
- 1 représentant au Conseil départemental de l’accès aux droits de Paris ;
- 3 représentants à la commission permanente pour la protection sociale des Français de l’étranger ;
- 2 représentants au Conseil d’orientation stratégique relatif à l’action extérieure de l’état ;
- 1 représentant au conseil d’administration de France Medias Monde ;

3. Le secrétariat général

Le secrétariat général de l’Assemblée des Français de l’étranger, composé d’agents du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, est le relais entre les administrations et les divers interlocuteurs de l’Assemblée. Il prend les dispositions nécessaires pour assurer une communication permanente au sein et en dehors de l’Assemblée des Français de l’étranger.Le secrétariat général gère le budget mis à la disposition de l’Assemblée pour couvrir les dépenses de fonctionnement et les remboursements, sur une base forfaitaire des frais de déplacement et de séjour que les conseillers à l’AFE ont engagés à l’occasion des réunions de l’AFE à Paris.Le secrétariat général fournit aux membres de l’Assemblée toute information et documentation utiles à l’exercice de leur mandat.
Il assiste les membres de l’AFE, notamment :- dans la convocation des membres et l’envoi simultané des ordres du jour correspondants accompagnés des documents officiels ;
- dans les opérations de vote se déroulant au sein des formations de l’Assemblée ;
- dans l’organisation pratique des réunions plénières en adressant ou en fournissant les documents nécessaires au bon déroulement des séances.Le secrétariat général établit les comptes rendus in extenso des débats des réunions de l’Assemblée plénière. Il administre le site internet de l’AFE, sur lequel sont mis en ligne tous les travaux et rapports de l’assemblée.Dans l’intervalle des sessions, il assure la liaison entre le président et les membres de l’Assemblée, ainsi qu’entre les membres de l’Assemblée entre eux.

Le masque en lin « made in Belgium » pourrait révolutionner les industries du textile.

UN MASQUE DE PAYS PLUVIEUX. 

85% du lin dans le monde est produit en Europe et notamment en France, leader du marché mondial. Mais la Belgique, qui a une longue tradition dans l’industrie textile, n’est pas en reste. Le lin tisse aussi son chemin en Flandre, entre Courtrai et Lokeren. Les champs aux fleurs bleues bénéficient de l’irrigation des nombreux cours d’eau, d’un temps pluvieux et de la douceur de l’air de la mer, des conditions climatiques idéales pour la culture du lin. D’ailleurs, la production en Europe de l’Ouest s’étale dans les régions le long de la côte, du sud de la Normandie jusqu’à Rotterdam.

En 2018, les superficies cultivées en lin – Belgique, France, Pays-Bas – représentaient environ 136.000 hectares, soit 80% de la production mondiale.

Belgian Linen est la signature du savoir-faire agricole, artisanal et ancestral des liniers belges, au champ comme à l’atelier. Les produits estampillés de ce label sont les fruits d’un travail séculaire exigeant qui a su marier les qualités naturelles de la plante et l’expérience des hommes. Ils sont réputés pour leur haut niveau de confort, de qualité et de solidité . Le lin, fibre intrinsèquement écologique, est très adapté aux préceptes actuels du développement durable.

Quant est il du Terminal Container d’Athus qui devait relier directement au réseau ferroviaire français ?

Annotation 2020-03-28 225030Quant est il du Terminal Container d’Athus qui devait relier directement au réseau ferroviaire français, un investissement de plus de 20 millions d’euros, mené conjointement par Idelux et Infrabel, dans le but de permettre au Terminal d’accroître ses activités ? Ce terminal pourrait laisser envisager une force nouvelle et intéressante quant aux échanges entre la France et la Belgique de marchandises à destination franco-belge et belgo-Française et accroître nos marchés communs. Ceci dit, en période dites « Spéciale » de confinement liés au COVID19, que nous connaissons actuellement, il ne va pas sans dire que la reconstruction inévitable et l’accroissement de nos productions ne pourraient cependant pas se faire sans des alliés limitrophes d’échanges . La France pourrait être une ouverture et une chance que nous ne pouvons ignorer. Espérons que les nouvelles actualités n’auront pas mis fin à ce projet ambitieux. 

 

La sécurité sociale est bien plus ancienne que l’Etat Belge lui-même.

En 1821, la première « société d’assistance mutuelle » a été crée chez les linotypistes de Louvain (« caisse de secours mutuel » pour ouvriers).

Puis naissance de plus de 5000 mutuelles.

A la création de l’Etat en 1831, on remarque la reconnaissance des mutuelles par la loi (privées et personnelles, cotisations libres)
Création en même temps de syndicats, ayant pour principale revendication de meilleures conditions de travail, et de caisses mutuelles de chômage pour palier à la perte de revenus suite aux licenciements.

Le 21 juillet 1844, une assurance obligatoire pour les marins navigant sous pavillon belge est instituée.

Dès 1860 avec le mouvement naissant des ouvriers, les sociétés locales d’assistance mutuelle se transforment en mutualités regroupant différents secteurs
Des initiatives sont parfois aussi prises par des employeurs (caisses de prestations familiales).

Suite à des grèves nationales en 1886, l’Etat paie des subsides aux
mutualités (1891). Les mutualités se regroupes alors en « unions nationales »

En 1903 l’assurance obligatoire accidents du travail est créée.

Entre 1920 et 1940, un système obligatoire pour pensions de retraite, de survie, de maladies professionnelles, d’allocations familiales et de vacances annuelles se met progressivement en place . Un revenu garanti aux personnes handicapées est également institué.
Les secteurs maladie, invalidité et chômage restent dans le giron des mutuelles et syndicats.

En 1944 signature d’un « pacte social », une paix sociale entre syndicats et patrons, basé sur la solidarité
L’arrêté-loi de Van Acker instaure la sécurité sociale obligatoire pour tous les travailleurs salariés dont les grands principes sont toujours d’actualité :
• une gestion paritaire
• l’ONSS créé pour gestion
• toutes les assurances sociales sont obligatoires (y compris chômage et maladie-invalidité)
• Montants augmentés à l’époque et harmonisés par la suite.
NB : à l’époque 44% de la population était déjà couverte par les mutualités

Après-guerre: expansion progressive aux travailleurs indépendants

(à p artir de 1956) aux divers types de prestations, … (sauf le chômage)

protection-sociale

Recette de crêpes sucrées faciles.

Recette de crêpes sucrées faciles.

La recette.

Mélanger 1l de lait, 80 gr de sucre, deux sachets de sucre vanillé, 6 oeufs avec 300 gr de farine.

Faire cuire dans une crêpière allant sur le feu jusqu’à ce que les bords brunissent. Retournez les et en moins d’une minute retirez les. Et ainsi de suite…

Saupoudré de sucre, cassonade, ou marmelade, c’est un vrai délice.

Bon appétit !!!

Nous, on s’est régalé. 😋

La base de la motivation, du bien-être et de la performance par nos 3 besoins fondamentaux.

Trois besoins psychologiques, présumés innés (plutôt qu’appris) et universels, sont à la base de la motivation et de l’intégration de la personnalité, selon la théorie de l’autodétermination.

Cette théorie, dont l’origine remonte aux années 1970 et qui a connu un fort développement en psychologie sociale dans les années 2000, est centrée sur la croyance que la nature humaine présente des caractéristiques positives persistantes (ex. efforts, engagement…) appelées tendances inhérentes à la croissance ainsi que des besoins psychologiques fondamentaux dont la satisfaction est nécessaire au bien-être, au développement et au fonctionnement sain et optimal :

  • L’autonomie : besoin de se sentir à l’origine ou à la source de ses actions.
  • La compétence : besoin de se sentir efficace et capable d’effectuer des tâches de différents niveaux de difficulté.
  • L’appartenance sociale : besoin de se sentir connecté et supporté par d’autres personnes.

Les conditions qui soutiennent l’expérience d’autonomie, de compétence et d’appartenance favorisent les meilleures formes de motivation et d’engagement dans des activités, ce qui conduit à de meilleures performances, une plus grande persévérance et plus de créativité. À l’inverse, si un de ces trois besoins n’est pas comblé dans un contexte donné, la santé psychologique en souffre et la croissance personnelle est entravée.

Le sentiment d’être contrôlé de l’extérieur ou d’être inefficace compromet la motivation intrinsèque et amène à être contrôlé par des critères externes tels que le chèque de paye ou l’approbation d’un supérieur.

Par ailleurs, un développement personnel est favorisé par l’intégration et l’internalisation d’idées et de comportements qui étaient à l’origine motivés par des forces extérieures, ou par l’acceptation et la valorisation de comportements initialement accomplis pour des raisons externes. Mais, selon la théorie de l’autodétermination, cela ne peut se produire que si les trois besoins de base sont rencontrés.