Deux astéroïdes de taille moyenne vont survoler la Terre ce 14 septembre.

Deux astéroïdes de taille moyenne vont survoler la Terre « en toute sécurité » ce samedi à dimanche.

1041112260

Un astéroïde est une planète mineure composé de roches, de métaux et de glaces, et dont les dimensions varient de l’ordre du mètre (limite actuelle de détection) à plusieurs centaines de kilomètres. Aucun de ces objets n’est entré en collision avec notre planète. La plupart d’entre eux passent à une distance estimée à plusieurs millions de kilomètres de la Terre, ce qui nuance grandement le risque d’un possible impact. D’autres spécimens s’approchent davantage et la question de les repérer suffisamment tôt peut se poser. Certains  astéroïdes géocroiseurs (c’est-à-dire croisant l’orbite de la Terre) sont considérés comme potentiellement dangereux à cause du risque de collision avec la Terre. Ils sont surveillés par des systèmes automatisés et des études sont menées sur les possibilités de les détourner en cas de menace affirmée.

L’astéroïde 2010 C01 doit passer près de la Terre le 14 septembre aux alentours de 5h42. Il fait entre 120 et 260 mètres. L’astéroïde 2000 QW7 s’approchera de la Terre le même jour, vers 13h54. Il mesure entre 290 et 650 mètres.

L’Agence spatiale américaine NASA assure que les deux objets ne posent aucun risque de collision avec notre planète.

Voir le PDF

Le réchauffement climatique et la COP 21 ne seraient qu’une vaste fumisterie selon la NASA.

Une étude récente menée par la NASA a révélé que les gains de masse de la couche de glace de l’Antarctique sont suffisants pour compenser les pertes croissantes des glaciers de la région. Selon les scientifiques, les nouvelles données offrent des gains non comptabilisés antérieurement dans l’Antarctique, mais elles vont à l’encontre des conclusions d’autres rapports tels que l’étude de 2013 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Le précédent rapport du GIEC précisait que le continent était en train de perdre constamment sa masse de glace terrestre.

Selon la nouvelle recherche de la NASA publié dans le « Journal of Glaciology », la calotte glaciaire de l’Antarctique a accumulé un gain net de 112 milliards de tonnes de glace par an dans la période couvrant 1992 à 2001, mais a ralenti à 82 milliards de tonnes de glace par an de 2003 à 2008.

Des chercheurs de la NASA ont évalué des données météorologiques constamment enregistrées à partir de 1979 jusqu’à l’heure actuelle, pour montrer que l’accumulation de neige dans la région orientale de l’Antarctique a en fait diminué de 11 milliards de tonnes par an au cours des deux dernières décennies. Ils ont aussi examiné des données historiques recueillies à partir de carottes de glace, et ont découvert que des chutes de neige d’il y a 10 000 ans se sont lentement tassées et se sont transformées en glace sur les dernières millénaires.

NASA