La sécurité affective de l’enfant.

La sécurité affective apparaît comme une nécessité vitale permettant à l’enfant de s’épanouir, de s’ouvrir au monde, de découvrir son environnement.

Elle passe par une présence physique et une disponibilité psychique de la personne maternante (père ou mère) mais aussi, en structure d’accueil, du professionnel. Pour se sentir en sécurité affective, l’enfant doit pouvoir se rassurer par la simple présence de l’adulte mais aussi se sentir exister à ses yeux.

Une séparation brutale, le sentiment d’abandon, une indisponibilité physique, psychique, affective, de l’adulte peuvent être source d’insécurité affective.

Les pleurs, l’isolement, l’attente, l’inertie, l’angoisse, la mésestime de soi, la perte de confiance en l’adulte, le refus d’attachement affectif peuvent être les conséquences à court ou à long terme, d’un manque de sécurité affective.

La confiance, la tranquillité, le bien-être, l’épanouissement social, cognitif, psychomoteur sont les conséquences d’une bonne sécurité affective.

La « sécurité affective » est un terme composé formant un concept.Mais qu’est-ce que la sécurité en elle-même ? Et la sécurité affective n’est-elle qu’affective ?Quels sont les synonymes et les antonymes de la sécurité ?Qu’est-ce que l’affect, l’affectif et que recouvrent-ils ?

Du latin « securitas », « de securus » : exempté de soucis, sans inquiétude, la sécurité affective est situation dans laquelle quelqu’un ou quelque chose n’est exposé à aucun danger, d’agression physique, d’accident , une situation de quelqu’un qui se sent à l’abri, et qui est rassuré,en confiance, tranquillité d’esprit par le resulrés de la pensée qu’il n’y a pas de péril à craindre. La securséc affective est aussi synonyme de sûreté, assurance, confiance, calme, tranquillité, quiétude, abri, et ce a l’inverse de ses antonymes : danger, péril, et insécurité. 

Au vu de cette première définition, il apparaît que la sécurité est, d’une part un état d’esprit tranquille et d’autre part, un état de sécurité physique. Ainsi, on peux supposer que la sécurité affective passe par la quiétude d’esprit de l’enfant mais aussi par sa sécurité physique. La présence bienveillante de l’adulte tant qu’un environnement sécurisé sont donc indispensables pour un bon épanouissement de l’enfant.

En outre, on peux aussi considérer que les conséquences d’une sécurité en général et d’une sécurité affective en particulier, apparaît comme synonyme de cette première.

Peut-être faut-il dire qu’être en sécurité est déjà un état de confiance, de quiétude, de tranquillité, de bien être et que la conséquence de ceci permet un épanouissement global ?

Concernant l’enfant, le plus grand danger ressenti est la perte de ses parents ou de leur amour, éléments rassurants et de protection devant un danger réel ou imaginaire, extérieur ou intérieur.

Il apparaît, aussi que la sécurité globale de l’enfant est assurée par la présence et l’amour de ses parents mais qu’il est important de lui laisser prendre des risques mesurés. J’en déduis, en outre, que l’hyper protection inquiète peut mettre l’enfant en état d’insécurité, dans la mesure où l’inquiétude y figure. Ainsi, là où une surprotection  paralyse l’initiative de découverte de l’enfant, une attitude bienveillante et encourageante la stimule.

En ce qui concerne l’insécurité   affective, le danger intérieur représenté par l’infraction à une interdiction est aussi source, mais seulement dans la mesure où l’enfant peut craindre de perdre l’amour ou l’approbation de ses parents. La sécurité réside donc essentiellement dans la présence possible, stable, affectueuse et heureuse des parents. L’absence inhabituelle, les variations de comportements, la réaction négative inexplicable ou l’inquiétude de l’un des deux parents suffisent à éveiller chez l’enfant insécurité voire culpabilité ou crainte de quelque chose d’inconnu interposé entre l’enfant et ses parents.

Toutefois, l’absence d’un cadre, de disciplines habituelles et des discordances éducatives sont également génératrices d’insécurité en ce que l’enfant n’y « sais plus s’y retrouver » pour être en accord avec ses parents et avec lui-même. 

Enfin, venant de l’enfant lui-même, l’auto sécurisation est un processus défensif contre l’insécurité résultant, par exemple, de la solitude de la nuit et du sommeil ou de la transplantation dans un cadre inhabituel. C’est un processus respectable qui fait appel à des habitudes ou objets familiers, c’est a dire des rites de sécurisations. 

 

 

Vie en entreprise ; La crèche inter-entreprise, un atout pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle.

Afin de mieux concilier vie privée et vie professionnelle, de plus en plus d’entreprises mettent en place de manière interne des crèches pour enfants. Au départ mise en place dans les grandes entreprises, la pratique s’est peu à peu démocratisée et de plus en plus de PME utilisent ce système. La crèche d’entreprise permet d’apporter un vrai service à valeur ajoutée aux salariés et ainsi d’accueillir les enfants du personnel d’une ou plusieurs entreprises durant le temps de travail de leurs parents.
Alors que les grands groupes disposent souvent de leur propre crèche, ce phénomène tend à s’étendre aux PME avec l’apparition de crèches interentreprises.

Résultat de recherche d'images pour "les crèches en entreprises"Il existe donc deux types de crèches c’est-à-dire la crèche interne et la crèche inter-entreprises. Choisir l’option de la crèche interne nécessite que l’entreprise s’engage sur une longue période en s’assurant pour des raisons de coûts d’avoir le nombre d’enfants nécessaire. La crèche interentreprises se révèle cependant plus souple. Elle est plus simple et plus rapide à mettre en place et permet donc moins de frais pour l’entreprise.

La crèche d’entreprise présente des avantages pour l’employeur comme une image jeune et dynamique, soucieuse du bien-être de ses salariés, un avantage compétitif avec la tendance des horaires à temps partiel, un outil de fidélisation des salariés

Image associéemais aussi un pas vers l’égalité homme-femme. Pour l’employé, une baisse du stress psychologique du fait de la proximité entre le lieu de garde et l’entreprise une facilitation de la reprise de la vie professionnelle après la maternité et une amélioration de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ont été constatés. Un véritable atout pour l’entreprise, qui au travers du bien-être de ses salariés, elle offrira de meilleures performances.